,

Japon: un singe tente de s’accoupler avec une biche

Les deux espèces cohabitent sur la même île depuis des années, mais selon les chercheurs français qui ont effectué les observations, ce comportement semble bien « inédit ».

Sur l’île japonaise de Yakushima, un singe a tenté de copuler avec une biche sika. Les deux espèces se connaissent bien et se nourrissent ensemble: les cervidés mangent des fruits laissés au sol par les singes, qui les épouillent pour manger leurs tiques. Mais jamais les chercheurs qui les épient n’avaient assisté à une telle approche sexuelle, réussie ou non.

C’est donc une première, selon des scientifiques français qui ont observé la scène et l’ont rapporté dans une étude publiée ce mardi dans la revue scientifique Primates, photos et vidéo à l’appui, rapporte Le Monde.

Pas de pénétration

C’est le photographe français Alexandre Bonnefoy qui l’a immortalisée, un peu par hasard, alors qu’il était sur l’île de Yakushima pour un ouvrage, Saru – singes du Japon, publié en novembre.

« J’ai photographié [à deux reprises] ce comportement en pensant qu’il était connu des scientifiques », explique-t-il au HuffPost. Ce n’était pas le cas, comme il a pu le constater en montrant ses images aux primatologues de l’équipe de l’institut pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS) et de l’université de Strasbourg, qui étudient les macaques japonais de la région depuis des années.

« Lorsque Alexandre nous a dit ce qu’il avait vu, nous ne l’avons pas cru, raconte au Monde Cédric Sueur, professeur associé à l’Institut. Il nous a montré les images. Nous l’avons dit à nos collègues japonais, qui ne nous ont pas crus non plus. Jusqu’à ce qu’ils voient à leur tour les images. »

A l’aide de ces documents inédits, les scientifiques ont pu rédiger leur rapport, dans lequel ils précisent que s’il n’y a pas eu pénétration, il y a bien eu éjaculation. La première biche lèche d’ailleurs le liquide séminal, comme on peut le voir sur la vidéo. « Un comportement qui semble indiquer que le sperme pourrait être une bonne source de protéine », notent les chercheurs.

Frustration sexuelle?

Les primatologues pensent que le comportement de ce jeune mâle, « qui n’a pas accès aux femelles accaparées par les dominants, mais qui a en revanche des poussées hormonales intenses », serait un remède à ses frustrations.

Reste à savoir si les autres mâles, qui ont pu l’observer, vont tenter de le copier et ainsi perpétuer ce nouveau comportement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *